Été 2023

Nos vacances d'été 2023 en famille.
Du 24 juillet au 21 août 2023
29 jours
24
juil

Après avoir fêté les 30 ans de Marie du coté du Pays de Bray, nous partons à 3h00 du matin pour un long voyage vers les Dolomites en Italie. Le parcours de 1300km, en passant par l'Allemagne et le Tyrol autrichien, nous prendra plus de 17h quasiment entièrement sous la pluie !

Heureusement, la pluie nous épargne pour la traversée des Alpes et le Tyrol est vraiment une région magnifique.

C'est bien fatigués que nous arrivons à San Gregorio Nelle Alpi par de toutes petites routes très pentues (>20%) et sous un orage impressionnant ! Le chalet est très mignon, comme prévu. Seule chose que nous n'avions pas regardé : la (non) présence du WiFi, pas grave les enfants vont apprendre à s'en passer ! Une fois les vélos mis à l'abri et les affaires descendues nous prenons possession des lieux et surtout de nos lits.

 En Allemagne, de la pluie aussi, mais des Currywurst !
La location 
25
juil

Nous sommes arrivés trop tard hier soir pour faire les courses de la semaine, c'est donc la première mission du matin. En parallèle, je pars avec Naël pour la visite habituelle à l'office du tourisme local afin de récupérer les cartes des chemins de randonnées, des balades VTT, et diverses idées pour la suite du séjour. Comme le temps ne s'annonce pas terrible en fin de journée, nous partons rapidement après avoir déjeuné pour un petit tour de VTT dans la vallée préparé à la va-vite autour de Sedico. Plutôt plat et court, mais c'est parfait pour une première, j'aurais plus de temps en fin d'après-midi pour étudier les cartes et préparer d'autres parcours plus sympathiques pour les prochains jours.

26
juil

La météo risque de rythmer notre séjour. Après les orages d'hier soir, la météo s'annonce bonne ce matin mais plus compliquée dès le début d'après-midi. C'est d'ailleurs une constante pour les prochains jours semble-t-il ... sauf demain il faudra donc en profiter ! Du coup, nous partons pour ce qui devait être une petite randonnée rapide pour découvrir quelques points d'intérêts situés à proximité du "lago del Mis". Nous ferons finalement quelques kilomètres en plus, mais sans regret car les points de vue sont magnifiques. Et si pour les deux objectifs les plus touristiques, je savais à quoi m'attendre, le dernier, beaucoup plus difficile d'accès, est une surprise qui se révèle comme une belle récompense de nos efforts !

• • •

Nous sommes de retour pour déjeuner au chalet et la météo ne s'annonce pas terrible à partir de 16h00. Comme demain s'annonce être une belle journée, je finalise le parcours de la grande randonnée de la semaine en direction du sommet le plus proche du chalet. Finalement à 17h00, pas de pluie, pas d'orage en vue, j'en profite donc pour partir courir et reconnaitre un peu le parcours de demain car les dénivelés font un peu peur sur la carte ! De retour après un beau parcours (pentu), j'effectue de toutes petites adaptations pour la randonnée de demain. Cela nous prendra sans aucun doute la journée mais cela devrait bien se passer.

27
juil

Si la météo s'avère juste, aujourd'hui doit être la seule journée sans risque de pluie pour les 7 jours à venir, j'ai donc prévu la plus grosse randonnée de la semaine. Au programme : une belle cascade notée comme point remarquable des environs et l'ascension de notre premier sommet. La randonnée en elle même s'annonce assez difficile, nous n'avons même jamais fait aussi long (15km), monté autant de dénivelé (+1800m) et rencontré de pentes aussi raides (90%) ! Alors tout cela à la fois, cela s'apparente à un vrai challenge ! J'ai préparé au mieux le parcours mais qui a déjà fait ce genre d'exercice sait qu'il y aura forcement des difficultés non prévues.

J'ai prévu la durée de la randonnée à entre 9 et 12h. Nous partons donc à 8h30 après avoir pris un bon petit déjeuner. Le soleil est au rendez-vous et la première partie jusqu'à la cascade est sans difficulté. Nous prenons souvent le temps de regarder plus haut et nous demander quel mont est l'objectif de notre balade. Difficile à dire, le mont le plus proche nous parait déjà haut, mais je sais que ce n'est pas celui-là et que notre objectif est encore près de 600m d'altitude au dessus ! Après la cascade, la pente se raidie avec un dénivelé moyen autour de 30-40% en passant par des paysages très variés : forêt de conifères ou de feuillus, plaine, affleurements rocheux ...

• • •

Il est 13h30, une dernière portion un peu difficile en terme de pente et nous faisons la pause déjeuner au "Bivacco Palia". La vue de la table de pique-nique est superbe et le bivouac est bien aménagé avec une table à l'abri, une cheminée/cuisinière/barbecue et un espace aménagé contenant 4 lits. Deux jeunes sont déjà sur place et y resterons d'ailleurs pour la nuit.

Reposés et rassasiés, nous reprenons la marche et une centaine de mètres après le bivouac, à la première intersection de sentier, nous bifurquons à droite pour l'ascension du Mont Pizzocco. Il reste 600m de dénivelé jusqu'au sommet. Arrivé au pied de ce que nous pensions être le dernier bloc, nous nous rendons compte qu'il reste encore pas mal de dénivelé mais peu de distance, annonçant donc des parties à plus de 90% de pente.

Emilie veut garder des forces pour la redescente, et c'est une bonne idée. Nous terminons donc l'ascension à trois. Il est clair que cette dernière partie est difficile avec notamment des petits blocs d'escalade, 30m sur un chemin de 50cm à flanc de paroi et un chemin de crête. Nous passons doucement au-dessus des nuages. C'est la première fois pour les enfants, ils s'émerveillent de ces morceaux de nuages qui lèchent les parois abruptes à quelques mètres seulement, à défaut de profiter d'un panorama qui doit être superbe. Les enfants sont encore en pleine forme, je ne doute donc pas trop de notre capacité à redescendre même si je sais qu'étant donné la difficulté, cela prendra sans doute plus de temps que l'ascension. Arrivés au sommet le sentiment de fierté se mélange à l'adrénaline et la fatigue accumulées durant ces derniers mètres, je pense que les enfants s'en souviendront.

Comme prévu, la redescente est au moins aussi longue que la montée, moins périlleuse cependant que ce que je craignais. Nous retrouvons Emilie, qui par un jeu d'échos, nous entendait sur presque toute la descente depuis le sommet.

• • •

Nous entamons alors le reste de la descente, alors que je pense que nous avons fait le plus dur, les difficultés vont alors s'enchainer 😬. Nohan se fait d'abord mal à une cheville et aura de grosses difficultés à marcher durant un moment. Ensuite, j'avais bien regardé les pourcentages de pente positifs, mais beaucoup moins ceux des pentes négatives. J'ai donc tracé le chemin au plus court, limitant la distance, mais avec une pente qui s'avère presque dangereuse, surtout avec la fatigue de la journée. Nous mettrons plus d'une heure à parcourir seulement 600m pour atteindre le refuge, dernière pause prévue normalement pour le quatre-heure ! La pause et la boisson fraîche ne suffissent cependant pas à reprendre les forces nécessaires à terminer la descente... Les cuisses de Naël et Emilie ne supportant plus les fortes pentes négatives, ils prennent un chemin en pente douce en direction d'un parking accessible par une route forestière. Je préviens Nohan qu'avec sa cheville il est préférable qu'il en fasse de même, mais il insiste pour prendre le chemin le plus court directement jusqu'à la maison. Clairement, je n'ai pas à l'attendre, c'est même au petit trop derrière lui que nous effectuerons presque la totalité du retour pour prendre la voiture et venir récupérer Naël et Emilie.

Au final, le sentiment est partagé. Certes, la randonnée a été difficile, sans doute trop, mais nous avons passé de bons moments, vu de belles choses et appris sur nos limites. Nous n'aurons aucun mal à nous endormir ce soir et tout le monde est d'accord pour ne rien faire de particulier demain.

28
juil

Après l'aventure d'hier, c'est grasse matinée pour tous, quelques courses, des devoirs de vacances pour les enfants mais également pour moi avec la tenue de ce blog, jeux de société, poursuite de la préparation du programme des prochains jours. ... bref aucune activité physique pour nos membres inférieurs qui tirent un peu, on ne peut le nier 😅

En fin d'après-midi, j'hésite un (court) moment à aller chercher une des seules caches aux alentours mais non, cela attendra demain ...

29
juil

Malgré la journée de repos total d'hier, les courbatures sont à leur apogée ce matin et empêchent toute balade à pied où il serait nécessaire de descendre un escalier ou une pente inférieur à 2% 😅. Nous partons donc pour la balade VTT la plus courte et la plus simple parmi celles prévues.

Après une première partie à plat le long du lac de Busche, nous entamons une montée difficile en forêt pour atteindre le petit village de Colderù. Une jolie église et une osteria, rien d'exceptionnel, mais le village est mignon et la vue sur la vallée superbe. Au fait c'est quoi une osteria ? On pourrait simplement traduire cela par une "taverne". Typiquement italien, c'est un bar où l'on sert aussi généralement à manger un ou deux plats simples à la manière d'une cantine. Celle-ci est totalement rénovée et donne envie de s'y arrêter, mais il n'est même pas 11h, ce sera pour une prochaine fois.

• • •

Nous redescendons ensuite dans la vallée par un chemin pentu et technique avec quelques marches. Autant Nohan a fait la plus grande partie de la montée à pied, autant il semble à tout à fait à l'aise dans cette descente, mais pour les autres c'est un peu trop compliqué pour ne pas poser pied-à-terre. Enfin nous suivons la Piave, la rivière qui coule dans la vallée, pour boucler notre parcours.

• • •

Les enfants ne sont pas très motivés cet après-midi pour ressortir et l'excuse des courbatures est acceptée, nous partons donc en amoureux pour une grande balade "trail-VTT-caching" autour du chalet. Un beau parcours de 21km avec un dénivelé qui fera même souffler Emilie avec son VTT électrique. Si on exclue une frayeur à cause de deux gros chiens menaçants, le reste de la balade est plaisant, en particulier la "via dell'acqua" serpentant le long d'un petit ruisseau à l'eau cristalline.

30
juil

Comme presque tous les jours, le temps prévu pour aujourd'hui est sec le matin et pluvieux l'après-midi, nous partons donc pour une courte randonnée le matin avec pour objectif un point d'intérêt notable indiqué dans toutes les brochures : "i Brent de l'Art". Il s'agit d'un canyon naturel, due à des milliers d'années d'érosion par l'eau. Ce qui le rend si particulier est le fait qu'il est composé de multiples couches de roches de couleurs différentes. Vu le nombre de promeneurs, malgré l'heure matinale, nous comprenons quelques minutes après l'intérêt du site. On dit souvent que les photos ne rendent pas aussi bien, c'est ici particulièrement le cas : rien ne vaut nos yeux, capables de restituer les couleurs malgré les zones à l'ombre et celles en plein soleil.

A Sedico, sur le chemin du retour, après un restaurant pour déjeuner et faire un peu travailler l'italien aux enfants, nous prenons une glace dans une petite boutique spécialisée. Hummm, delizioso !

Pour une fois la météo ne s'est pas trompée, l'après-midi est orageuse et pluvieuse, c'est donc repos en vue de notre journée marathon de demain.

31
juil

Venise en un jour, c'est forcément trop court, mais bien préparée, la journée permet quand même de goûter à l'ambiance si particulière de cette ville semblant posée sur l'eau. Ce lundi, journée la plus belle de la semaine selon les prévisions météorologiques, nous partons à 7h00 du chalet en direction de Mestre, le quartier le plus peuplé de Venise situé sur la terre ferme, afin de s'y garer pour la journée. Une fois les "pass-journée" pour les transports en commun achetés, nous prenons un bus à destination du centre historique. Là, deux moyens de se déplacer : à pied ou en bateau, nous poursuivons donc notre trajet jusqu'à la place Saint Marc en vaporetto, un de ces "bateaux-bus" dont les nombreuses lignes permettent d'atteindre rapidement les principaux points de la ville. Il est déjà 9h30 et le vaporetto bondé, par chance, presque tout le monde descend à mi-chemin, au Pont du Rialto, ce qui permet nous de profiter des quelques places du pont extérieur pour terminer la descente du grand canal jusqu'à notre destination.

• • •

A cette heure, la place Saint Marc n'est pas encore saturée de touriste ce qui nous permet de prendre notre temps pour contempler la basilique, le Palais des Doges et les autres bâtiments environnants. Par contre la file d'attente pour entrer dans la basilique est déjà beaucoup trop longue pour nous ! Nous profitons donc un peu de la place avant de nous rabattre sur la visite du campanile. Un campanile est un clocher excentré de son église, il en existe des dizaines à Venise qui servent un peu de points de repère, mais celle-ci est la plus haute et nous permet de bénéficier de points de vue uniques sur la ville.

Nous partons ensuite pour une balade à pied en commençant par le fameux Pont des Soupirs, puis au travers des minuscules ruelles et des nombreux petits ponts enjambant les canaux qui font la magie de Venise. Aller de la Place Saint Marc au pont du Rialto, c'est relier les deux endroits les plus touristiques de la ville, mais en se rallongeant un peu et en sortant des ruelles les plus passantes, on découvre aussi un peu la vie normale des Vénitiens.

Pour la pause déjeuner à Venise, il n'est pas difficile de trouver un restaurant, on en trouve au moins une dizaine à 150m à la ronde quelque soit l'endroit où l'on se situe et qui offrent tous quasiment le même menu. Le plus difficile est donc d'en trouver un bon. J'avais noté quelques adresses sortant du lot en estimant nos temps de trajets mais le fait de ne pas avoir visiter la basilique nous a mis en avance, celui que nous trouvons est très bien, mais je dois encore apprendre de Gregory pour améliorer ma compétence "trouver un bon restaurant". Celui-ci est par chance très bien , mais la fin de journée viendra confirmer son credo : "Moins de 4.0, ne regarde même pas, au minimum 4,5 pour ne pas prendre de risque".

Nous poursuivons ensuite la balade pour atteindre le Pont du Rialto, traverser le grand canal et déambuler dans le quartier San Polo.

Nous reprenons ensuite le vaporetto pour atteindre la basilique Santa Maria Della Salute qui se situe à l'embouchure du grand canal, du coté du quartier Dorsoduro, en face de la place Saint Marc. De part ses dimensions, son positionnement et ses décorations, il s'agit dans doute de la deuxième plus belle église de Venise. Cette fois-ci pas de problème pour y pénétrer, il y fait frais et le calme qui règne coupe avec la chaleur et l'agitation extérieure. Ensuite, après avoir profité de la vue à la pointe de l'île, nous poursuivons la balade dans ce quartier. Nous passons notamment devant un atelier de réparation de gondoles et attirés par l'odeur du bois, nous découvrons par hasard un atelier de confection de "Forcola", la pièce de bois servant d'appui à la rame des gondoles, dont le savoir faire traditionnel est ici élevé au rang d'art.

• • •

La fatigue commence à se faire sentir et il est temps de prendre une bonne glace pour se revigorer, cela permettra d'effectuer les deux derniers kilomètres et patienter avant de trouver un restaurant pour dîner. Nous passons devant de nouvelles églises avec leur campanile dont quasiment aucun n'est droit. Etant donné la lagune comme support de construction, cela peut se comprendre. D'ailleurs, pour les plus hauts et les plus imposants, sans doute construits sur plusieurs années, on remarque à l'œil nu que la base n'est pas verticale mais que le sommet tente de rattraper l'erreur, un peu à la manière de la tour de Pise. Ce qui est plus étonnant est que les plus modestes sont également tordus ! Sans doute un style ? 😅

Non ce n'est pas qu'une déformation de perspective de la photo. 
• • •

Après un dernier restaurant disons ... particulier, même si nous sommes tous fatigués de la journée, tout le monde fait l'effort de quelques minutes de plus de balade histoire de prendre le vaporetto du retour après le couché de soleil, à la nuit tombante, pour un dernier spectacle, avec encore la chance inouïe de se retrouver sur le point extérieur.

1
août

La météo annonçait de la pluie, beaucoup de pluie, plus de 20mm durant la journée, et bien cette fois-ci elle est bien là ! C'est le déluge durant la matinée et malgré une accalmie entre 11h30 et 16h que nous aurions pu mettre à profit, c'est repos aujourd'hui ! Heureusement, la terrasse est à l'abri, sauf durant quelques minutes au plus fort de l'orage.

2
août

Aujourd'hui, nous partons pour Sospirolo, à seulement 10km de la maison, pour une boucle VTT de 26km sans trop de dénivelé. Comme le temps s'annonce sec pour la journée, nous prenons notre temps ce matin et emportons le pique-nique dans le sac à dos. La balade est très sympa avec la traversée d'un gigantesque enclos pour les chevaux des carabinieri (l'équivalent de notre gendarmerie) où les chevreuils ne sont pas farouches, le passage à proximité d'un joli pont suspendu, un passage à gué et une pause autour d'un lac de pêche.

• • •

La pause déjeuner est normalement prévue plus loin sur le parcours, mais un estomac d'adolescent est un organe qui doit être traité avec attention, en tout cas leurs propriétaires savent bien nous le rappeler. L'avantage du coin est que l'on trouve pas mal de bancs, voire de tables, destinés aux nombreux randonneurs qui traversent les dolomites. Le pique-nique est comme d'habitude excellent, avec un apéro sorti frais des gourdes isothermes, suivi d'une bonne portion de salade à base de pâtes, de riz ou d'un mélange de blé/lentilles/orge/poix, bien agrémentée de légumes et de fromages locaux. Quelques tranches de jambon du coin, un œuf dur et des tortillas accompagnent tout cela. C'est en tout cas bien requinqués que nous repartons pour la fin de la balade.

3
août

Le séjour touche déjà presque à sa fin, dernière randonnée pédestre aujourd'hui avec un joli tour du "Lago della Stua". La randonnée est longue (17km) mais avec un petit dénivelé notamment dû au fait que nous longeons le lac sur une bonne partie de l'aller. La boucle nous fait quand même prendre de la hauteur pour un beau panorama sur la vallée et sur le lac.

• • •

Nous prenons le pique-nique au bord de la rivière qui alimente le lac, presque les pieds dans l'eau et juste avant que la pluie n'arrive. Heureusement, la forêt est un abri suffisant pour cette petite averse, mais nous pressons le pas, car il est prévu quelques orages à partir de 15h.

• • •

Finalement, le temps se maintient et nous prolongeons même la boucle par un petit circuit aménagé et parsemé de sculptures en bois qui, moyennant quelques centaines de mètres supplémentaires, nous permet de regagner la voiture sans passer par le morceau de route de montagne empruntée à l'aller.

4
août

Pour ce dernier jour, j'ai gardé un tour de VTT sans difficulté technique. Pas de pique-nique aujourd'hui, il faut être rentré pour manger. 8h30 pétantes c'est donc parti pour une belle balade en direction de lacs entourant un mignon petit village nommé Rocca d'Arsiè. La route menant au village, avec son panorama sur les lacs, est prisée par les vélos de route, mais nous préférons les chemins en contrebas réservés aux randonneurs et VTT.

• • •

Arrivés dans le petit village rustique, la pluie prévu n'est finalement pas de la partie et c'est même sous de belles éclaircies que nous empruntons les trois ponts sautant au dessus des lacs. Deux d'entre eux sont piétons, la vue qu'ils offrent est superbe et il y a évidement une petite cache au bout de l'un d'entre eux 🤭.

C'est sur ce beau parcours de 27km que nous terminons nos dix jours sportifs et nature dans les Dolomites. Ce massif pré-alpin est une merveille avec des paysages verts qui contrastent avec la blancheur des roches typiques de la région. Sa situation plus basse que le cœur des Alpes explique sûrement les paysages variés rencontrés, mais ses sentiers escarpés et la difficulté de ses circuits VTT rappellent aussi bien vite que les sommets à plus de 3500m ne sont pas bien loin.

Il faut bien avouer que les enfants n'auront pas beaucoup parlé italien, mais ils en auront au moins vu, lu et entendu... Allez, leur mission de ce soir : commander les pizzas 😅

Cet après-midi, ce sera rangement et préparation des valises pour un départ tôt demain matin en direction de l'Allemagne. Nous avons en effet prévu de faire un détour via le massif volcanique de l'Eifel pour passer dire bonjour à Agnès et Jürgen.

6
août

Nous avions retardé notre départ de quelques heures pour l'anniversaire de Marie, la cousine allemande d'Emilie, et bien nous prolongeons cette fois-ci le périple en passant saluer Agnès et Jürgen en faisant un détour par l'Allemagne.

La pluie nous a poursuivis depuis l'Autriche. Si on ajoute la température de 12°C et le petit vent, nous avons un peu l'impression, en plus d'avoir changé de pays, d'être passé de saison ! Mais cela ne va pas nous empêcher de faire ce que qu'Agnès nous avait prévu. Le matin, nous accompagnons Agnès et Jürgen à la pension pour soigner Caprino, leur cheval. Nous profitons de l'abri du manège pour une initiation des enfants par Agnès. Elle a l'habitude de donner ce type de cours : quelques exercices d'équilibre et de positionnement, un peu de trot ... tout se passe à merveille et les enfants, malgré la petite appréhension initiale, en sortent ravis !

Après une currywurst, frites et bière, Agnès nous emmène pour une balade à Ulmen, situé à seulement quelques kilomètres. C'est ici qu'elle vient se baigner l'été dans un lac parfaitement rond, enfin lorsque le temps est meilleur ;o) Il s'agit en fait d'un cratère de volcan, surplombé par les ruines d'un château médiéval. L'endroit est très joli et un petit chemin permet d'en faire le tour, nous l'empruntons pour arriver à l'endroit que veut nous faire visiter Agnès. Il s'agit d'un tunnel, creusé pour alimenté le cratère en eau. Celui-ci a été très récemment aménagé et ouvert au public, il fait un peu plus de 100m de long et nous y sommes parfaitement à l'abri !

15
août

Après quelques jours passés à la maison, bien occupés par du bricolage, nous partons pour trois jours chez Papou et Mamou. Un déjeuner avec Victor, Dominique et Marie, la récolte des prunes du jardin, une session ramassage de mûres et préparation d'une vingtaine de pots de confiture dans la foulée, des sorties vélos ou course à pied avec Papou et Nohan ... rythment les journées. Avant la reprise, ces trois jours passés dans la douceur du cadre de notre enfance nous requinquent finalement peut-être plus que les trois semaines passées !

• • •